Bouddhisme 

05 b Bodhidharma 600

L’autre composante fondamentale qui a influencé la peinture à l’encre est le Bouddhisme.
Il est difficile de parler du Bouddhisme sans évoquer son fondateur le Bouddha Shâkyamuni. Le Bouddhisme est une sagesse née de l’expérience d’un jeune prince du clan des Shâkya, qui promis à un destin de roi, mais touché par la détresse du monde préféra quitter son palais, pour mener une vie d’ascète errant. Après six années de privations et d’ascèses, renonçant aux austérités passées qui avaient miné sa santé, il s’assit en méditation sous l’arbre de la Boddhi dans la position du lotus animé par un désir total de réaliser l’éveil, faisant vœu de ne pas bouger avant d’avoir atteint la Vérité.
Après une nuit de méditation, comme il contemplait l’étoile du matin qui pâlissait dans le ciel, le Réel lui apparut clairement. Il s’exclama alors : « Moi et tous les êtres sur la Terre entière avons simultanément réalisé l’éveil. » C’est après une longue hésitation qu’il décida finalement pour le bien des êtres de faire tourner la roue du Dharma, symbole de la diffusion de l’enseignement bouddhiste. Il avait hésité car ce qu’il avait réalisé, c’est à dire l’Eveil suprême, dépasse tout entendement ordinaire. Il insistera toujours sur le fait qu’il n’est ni un dieu, ni le messager d’un dieu, et que l’illumination (bodhi) ne résulte pas d’une intervention surnaturelle, mais d’une attention particulière portée à la nature de l’esprit humain ; elle est donc possible pour tous les êtres. Il transmit son premier enseignement, le sermon de Bénarès en Inde, à ses anciens partenaires en quête de libération.
Son enseignement fondamental, les 4 Nobles Vérités se résument ainsi :
– La Première Vérité : L’existence est souffrance
– La Seconde Vérité : La souffrance provient des désirs et des attachements
– La Troisième vérité : Il est possible de mettre un terme à la souffrance
– La Quatrième Vérité : la voie qui mène à la cessation de la souffrance est le Noble Sentier Octuple :
– Compréhension juste – Pensée juste – Parole juste  ├► relève de la sagesse
– Action juste – L’effort juste  ├►   relève de l’éthique
– Méditation juste – Concentration juste – Attention juste  ├► relève de la pratique
Plus tard cet enseignement parvint jusqu’en Chine, introduit par un personnage auréolé de légendes le moine indien Bodhidharma. En s’entremêlant au Taoïsme local il donna naissance à l’école T’chan, qui en traversant la mer deviendra plus tard le Zen japonais. L’expérience du T’Chan repose essentiellement sur la pratique assidue de la méditation assise à travers laquelle le mental se pacifie, ancré dans l’instant présent par la concentration sur la posture et la respiration.
Le développement de l’enseignement bouddhique fut favorisé par une riche iconographie, qui permit à travers une représentation graphique de toucher le plus grand nombre. Son influence sur les arts fut considérable.
Mots-clés :

Taigetsu