Poésie

« Un poème est une peinture invisible, et la peinture est la poésie rendue visible » Guo Xi
L’inscription d’un poème sur l’espace blanc de la peinture est une pratique apparue en chine sous la dynastie Song. La calligraphie et la peinture émanant de la même source, il est donc assez compréhensible que les lettrés à la fois calligraphes, poètes et peintres combinent leur savoir-faire au sein d’une même œuvre.
La poésie est ainsi devenue au cours du temps une partie intégrante de la composition. Le poème, bien que parfois prédominant n’a cependant pas pour rôle de porter ombrage à la peinture, mais de compenser ce qu’il lui manque. « L’inscription et l’image se servent mutuellement de légende » fait remarquer Shen Hao.
Ce Style chinois incorporant la poésie, la calligraphie et la peinture s’est généralement exporté avec succès, dans les pays limitrophes, avec cependant quelques résistances ponctuelles notamment en Corée où de nombreuses œuvres sont dépourvues de poèmes et d’inscriptions.
Ce phénomène s’explique par le fait que le milieu de la peinture coréenne, moins homogène socialement que celui d’autres pays, n’était pas composé exclusivement de lettrés, mais également du fait de l’existence d’un mouvement culturel patriotique qui tendait à se démarquer d’une influence chinoise jugée excessive.
Mots-clés :

Taigetsu